conseil aux aidants

Interview d’une psychomotricienne

Interview de Noëlie Loaëc, psychomotricienne 

 

J’ai eu le plaisir d’interviewer Noëlie Loaëc, psychomotricienne en libéral. Voici ses réponses à mes questions :

 

1/ Explique-nous en quelques lignes la psychomotricité : 

La psychomotricité est un métier du paramédical qui a deux versants, thérapeutique et rééducatif. Elle a pour but d’accompagner et d’aider les personnes (du nourrisson à la personne en fin de vie) ayant des difficultées motrices, cognitives, comportementales, émotionnelles et/ou affectives.

La psychomotricité intervient sur les interactions entre la sphère affective, la sphère kinesthésique (le mouvement)  et la sphère sensorielle pour modifier les impacts sur le plan corporel et moteur.

Son objectif est de permettre une harmonie et un bien être psycho-corporel.

2/ Qu’aimes-tu dans ton métier et quelles sont les qualités pour l’exercer ?

Tout, j’aime absolument tout ! La diversité des lieux de travails et populations rencontrées permettent de ne jamais se lasser. Chaque rencontre est unique nous ne faisons jamais deux fois la même chose. Les éclats de rire font vite oublier les moments plus difficiles.

Je dirais que la principales qualité d’une psychomotricienne est l’adaptabilité, savoir s’adapter même si rien ne se passe comme on l’avait prévu. S’adapter dans les activités proposés, dans la relation aux autres, dans l’organisation, etc..

3/ Comment devient-on psychomotricienne ?

Pour devenir psychomotricienne il faut passer un concours qui comporte des épreuves de biologie et de français (contraction de texte uniquement).

Une fois le concours en poche on intègre l’une des 15 écoles de psychomotricité pour 3 ans. Ponctués de cours théoriques et pratiques mais également de beaucoup d’heures de stages. Pour obtenir le diplôme d’état de psychomotricien il faut réussir le contrôle continu, ainsi que des mises en situation professionnelles et valider son mémoire.

4/ Comment se passe un bilan en psychomotricité ?

L’organisation et le temps de passation dépend du professionnel, mais également de la disponibilité d’attention et de la fatiguabilité du patient. Pour ma part je réalise deux séances de deux heures pour l’anamnèse et la passation de tests, puis 1 heure de restitution aux parents et à l’enfant afin d’expliquer tout ce que j’ai pu observer et faire du lien.

5/ Quel est le contenu d’une séance ? Comment se passe t-elle ? 

Le psychomotricien est libre de choisir et d’adapter comme il le souhaite mais également en fonction des capacités de l’enfant. En moyenne les séances durent 45 minutes pour l’individuel et 1h pour les groupes.

La séance se construit avec l’enfant et n’est pas écrite à l’avance. Mais elle commence toujours par un temps pour se dire bonjour et se raconter la semaine. Ensuite nous décidons ensemble des activités en fonctions des éléments à travailler chez l’enfant et de ses envies (du parcours psychomoteur à la relaxation en passant par le jeu de rôles et les jeux de société tout est possible).

6/ Comment savoir si une rééducation en psychomotricité est nécessaire? De qui émane généralement la demande ?

La demande peut venir de différents professionnels (neuropsychologie, pedopsychologue, orthophoniste, enseignant..) voir même des parents mais doit toujours faire l’objet d’une prescription médicale par le médecin traitant.
Lorsque l’enfant présente des difficultés motrices qui perdurent, que la gestion des émotions est difficile et donne lieu à des réactions démesurées ou inappropriées ou encore lorsque l’enfant est en difficulté dans les différents apprentissages scolaire, la réalisation d’un bilan psychomoteur est conseillée.
Celui-ci permettra de définir les domaines où l’enfant est en difficulté ou non, et donnera lieu à un suivi uniquement si cela est nécessaire.

7/ Es-tu spécialisée dans un domaine en particulier ?

Je travaille à la fois avec des adultes en oncologie et avec des enfants présentant des pathologies variées (troubles des apprentissages, autisme, hyperactivité,…). Je ne suis pas spécialisée pour le moment mais j’aimerais pouvoir le faire en  oncologie et en pédiatrie.

8/ Quels sont les autres professionnels avec lesquels tu travailles ? 

Je travaille en étroite relation avec les orthophonistes, les psychologues et les ergotherapeutes, mais je suis en lien avec les différents professionnels qui entourent le patient (neuropsy, pedopsy, médecin traitant,..). Quel que soit le professionnel, un travail d’équipe permet d’accompagner au mieux les patients.

Un grand merci Noëlie pour tes réponses !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer